Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rockfanch

Rockfanch

Musique de tous horizons et festivals au rendez-vous.


[LA POLITIQUE EN CHANSON] Le Front National

Publié par rockfanch sur 7 Mars 2017, 11:34am

Depuis sa création en 1972, le Front National est le parti sur lequel le plus de chansons apparaissent, fondé puis présidé par Jean-Marie Le Pen puis par sa fille Marine en 2011. Le premier grand choc avec ce parti arrive en 2002, lorsque Jean-Marie Le Pen arrive au second tour de la Présidentielle face à Jacques Chirac déjouant ainsi tous les pronostics des médias. Beaucoup de chansons ont été écrites sur le sujet, en voici cinq triées sur le volet !

BERURIER NOIR Porcherie

Un titre de 1985 sur l'album Concerto pour Détraqués. Porcherie est le titre emblématique de la chanson anti-Front National principalement avec son refrain "La Jeunesse Emmerde le Front National" repris très régulièrement dans les manifestations ou par des artistes de divers horizons. On peut citer FFF, Skip the Use, Gerard Baste ou encore Yann Tiersen (si, si). 

DAMIEN SAEZ Fils de France

La présence du Front National par l'intermédiaire de Jean-Marie Le Pen au second tour de l'élection Présidentielle de 2002 fut un choc pour de nombreux français. Damien Saez fut de ceux là. Ce titre a été écrit en une dizaine d'heures puis sorti en téléchargement gratuit dès le lendemain de l'élection par son label, Universal. 

Le thème abordé dès le début des paroles est l'abstention des jeunes, à cette élection l'abstention chez les plus jeunes est importante avec près de "40% d'abstention chez les 18-25 ans". Après il ajoute ce que lui inspire Jean-Marie Le Pen rappelant qu'avec lui en président "Y'a plus de France" il associe le score du candidat à "20%  pour la peur / 20% pour l'horreur". L'abstention est rattachée à de l'amnésie suicidaire. Rappelé plusieurs fois, l'artiste parle de la France comme la nation tour à tour des Droits de l'Homme, de la Tolérance, des Lumières et appelle à la Résistance. 

NO ONE IS INNOCENT Ou Etions-Nous ?

Une chanson, à l'instar de Damien Saez et son Fils de France, sur le 21 avril 2002 mais diffusée bien après l'élection de 2002. En effet Ou Etions-Nous ? est sorti sur l'album Revolution.com de No One en 2004. Loin du gros son rock du groupe on trouve ici un riff acoustique sur un texte qui essaie de tirer les enseignements de cette présence au second tour de Jean-Marie Le Pen. Beaucoup de métaphores sont au programme comme  "Quand la flamme est trop vive, elle consume la fleur". Pas la peine de faire un dessin il s'agit du logo du Front National (la flamme) qui brûle la rose socialiste. Personne ne s'attendait à un tel scénario en évoquant que "Ni même le sondage n'avait prévu l'orage". Le titre en lui même "Ou étions nous ?" évoque l'abstention aussi, forcément. Si personne n'était là pour voter que faisions nous à ce moment là ? Une leçon à froid du 21 avril 2002.

 

LUKE Quelque Part en France

De retour au rock avec le cinquième album, Pornographie, Thomas Boulard et sa bande signent un titre sur le Front National différent des autres. Au lieu de parler frontalement du parti ou de ses idées nauséabondes, le texte évoque un électeur qui se sent oublié dans sa commune en France, comme il en existe des milliers. Boulard prend ici le parti de faire parler un électeur du Front National pour dénoncer les dangers de ce discours.

L'électeur s'adresse à une personne habitant Paris et qui revient dans sa commune d'enfance. Il évoque son ennui dans cette bourgade  comme il en existe des milliers "Rien n'a changé" ou "on se fait tellement chier. Pour se sentir exister et par désespoir, ils vont "[Pour] allumer le feu / On a voté pour la flamme" pour exister et aussi parce qu'ils sont oubliés des grands partis politiques "La Gauche et la Droite / Nous ont tellement baisé". Ils se définissent comme "La France invisible / La France de nulle part". 

Le changement d'image du FN est aussi évoqué puisqu'on prend "les beaux gosses extrémistes" signe du rajeunissement des cadres du Front National sous Marine Le Pen. L'électeur crytalise aussi les discours typiques de comptoir avec "On aime pas les pédés / Ils font ce qu'ils veulent avec leur cul / Mais on va quand même pas les marier" évoquant la Loi Taubira sur le mariage pour tous. La fin du titre évoque, quand à elle, "On est la France des librairies qui ferment / On est la France des parkings qui ouvrent". Ce passage ramène la librairie à la culture et le parking aux grands centres commerciaux, ce qui veut finalement dire que la culture baisse mais que le capitalisme (parking, centre commercial) lui grignote toujours un peu plus de terrain. 
 

DARCY & Kemar (No One is Innocent) La Marine

Titre le plus récent, il s'agit d'une réécriture du titre 170 de Darcy. A ce jour c'est peut-être la charge la plus violente sur le parti dirigée par Marine Le Pen. Sur des airs de punk bien burnés les Darcy et leur invité de marque Kemar (chanteur de No One is Innocent) balancent sévèrement sur Marine pour rediaboliser un parti qui ne l'est plus. 

Plusieurs références dans ce titre aux grands groupes qui ont chanté contre le FN notamment le "Tiguida tiguida tiguida" qui ouvre le titre Porcherie des Bérurier Noir sans oublier "FN toujours souffrance qu'on est mal en France" faisant écho au "FN Souffrance qu'on est bien en France" de Noir Désir (Un Jour en France). 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents