Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rockfanch

Rockfanch

Musique de tous horizons et festivals au rendez-vous.


After Snowfalls - Mars 2015

Publié par rockfanch sur 13 Mars 2015, 18:10pm

Catégories : #Interviews

as.jpg

Pourquoi ce nom d'After Snowfalls ?

C'est une question qui revient assez souvent, les gens le trouvent parfois difficile a prononcer. Je ne suis néanmoins pas d'accord avec ceux qui pensent que tous les noms de groupe devraient sonner comme des marques de chaussure. C'est un nom qui signifie littéralement "après les chutes de neiges" donc une image romantique et mélancolique à laquelle nous sommes attachés.

D'un point de vue musical, nous venons tous de plusieurs horizons même si nous nous revendiquons pop. Cela se ressent dans notre musique, il y a beaucoup d’influences et nous en profitons pour jouer sur les contrastes, avec une tendance à refroidir des musiques chaleureuses, dans la lignée de la coldwave. Nous mélangeons par exemple la chaleur du funk avec des influences cold wave / new wave au niveau de la voix et des synthétiseurs. On a plein de sons en commun avec des groupes d'industriel sombres comme Throbbing Gristle, sur certains morceaux on les fait cohabiter avec des parties de basse a la Marcus Miller. Ou des rythmiques Afrobeat accompagnant des voix à la Depeche Mode. C'est un mélange chaud/froid qui se fait naturellement, on a tous des univers très différents et on les mélange, mais en général nous gardons des structures pop dans nos morceaux. Pour donner une image, ce serait un peu comme une balade dans la montagne avec des vêtement rembourrés. Tu peux profiter de la beauté du paysage, parce que tu es protégé par tes vêtements. Nous, on se protège avec le groove et la rondeur. Sinon nous ferions une musique austère.

 

Comment s'est créé le projet ?

J'ai eu l'envie de créer un groupe a la fac il y a une dizaine d'années. A l'époque j'étais plutôt orienté recherche musicale. Je faisais des experimentations chez moi, je venais de découvrir la musique assistée par ordinateur et la synthèse sonore. Je savais que cela me prendrait du temps. Je savais aussi que je voulais faire une musique pop, donc accessible, avec un côté sombre et expérimental, mais surtout sans que ce ne soit jamais "déprimant". J'ai donc commencé à travailler seul mais mon rêve était d'avoir un groupe.  Le côté humain et social est indissociable de la musique pour moi.  Nous nous sommes ensuite tous rencontrés les uns après les autres, comme par magie, dans mon studio, Le Bruit Blanc. C'est ma société, mon label, et mon lieu de travail, quand je fais des séances en tant qu'ingénieur du son ou des réalisations.

J'ai rencontré Manu alors que j'étais encore étudiant et nous avons commencé à travailler ensemble sur certains de mes morceaux. Ensuite, j'ai rencontré Christophe, le bassiste du groupe de mon côté, via un autre artiste avec qui je travaillais dans mon studio. Nous cherchions un guitariste, Manu connaissait déjà Jocelyn et ça a tout de suite fonctionné.  Nous avons fait un certain nombre de concerts à quatre, ainsi que notre premier disque, change. J'ai finalement rencontré Charlotte l'année dernière, à la base pour travailler sur ses morceaux. Elle a intégré le groupe il y a deux ans. Cela s'est fait de manière complètement logique et évidente quand on y pense

 

Pouvez-vous nous présenter les musiciens qui vous accompagnent dans ce groupe ?

Charlotte est auteur-compositeur-interprête et réalise et anime des ateliers d'éveils musical. Elle est la plus jeune du groupe, vient d'une famille de musiciens et sa culture musicale est très large, particulièrement orienté jazz/soul et classique. Manu à une grande experience de la scène et du studio ; avec notamment Sanseverino, Cock Robin, Nouvelle Vague, Pigalle. C'est également un très bon chanteur et un arrangeur. C'est un peu la touche pop british du groupe.

Christophe et Jocelyn ont également tous les deux une grande experience de la scène. Christophe à tourné en Asie pendant sept ans avant de revenir en France. C'est un bassiste incroyable, résolument funk mais extrêmement ouvert. Il a developpé des techniques de jeu et un son bien particulier, d'une grande efficacité, travailler avec lui est formidable en tant que musicien mais aussi en tant que producteur et ingénieur du son. Jocelyn est toujours en train de tourner, il vient du rock au sens large, son jeu est très nuancé, il est déterminant dans la notion de contrastes que l'on recherche avec After Snowfalls. Il crée des univers sonores des plus subtils jusqu'a des "murs du son" extrêmement denses.

 

Quelles sont vos influences ?

Comme je disais plus haut, nous avons beaucoup de sources d'inspirations différentes. Nous venons tous de milieux très différents et pourtant nous nous comprenons parfaitement. Le mélange de styles se fait naturellement, même si nous l'avons beaucoup réfléchi en expérimentant et en discutant entre nous, toujours dans cette recherche de contraste chaud/froid. Nous pensons toujours à ces notions de contrastes lorsque nous composons, un peu comme une recette de cuisine. Pour citer quelques artistes de référence, nous sommes marqués par la musique de Nine Inch Nails, Bowie, Radiohead sans oublier Peter Gabriel, Les Beatles, Nina Simone et Marcus Miller. La musique classique, contemporaine, électroacoustique ou baroque sont aussi des sources d'inspiration. Nous utilisons souvent des arrangements de cordes, de cuivres, des choeurs, des matières sonores étranges ou des dissonances dans nos morceaux.

 

Comment définir votre musique en trois mots ? 

Mélancolique. Sensuelle. Etrange.

 

Pourquoi avoir choisi ce titre de "Fading Away" pour votre second EP ?

Ce morceau, Fading Away est particulièrement important pour moi dans la mesure où j'ai ressenti le besoin d'avoir son texte tatoué sur mon torse. Il marque un tournant dans ma vie, je voudrais qu'il résonne dans ce que je deviendrai et dans ce que le groupe deviendra. C'est un morceau que j'aime beaucoup et dont j'aime l'équilibre stylistique, le mélange des influences, mais son message est aussi emblématique de ce que je recherche  avec After Snowfalls, d'un point de vue humain et personnel.

 

Fading Away est votre second EP en dix années d’existence... Pourquoi avoir mis autant de temps à le composer ?

Comme je disais plus haut, j'ai commencé à faire des expérimentations seul alors que j'étais encore étudiant. Ces experimentations, je les présentais en concert et je les regroupais déjà sous le nom After Snowfalls il y a une dizaine d'années. Si le nom et donc le projet existait dèjà, il n'avait pas grand chose à voir avec ce que nous sommes aujourd'hui. Nous avons réellement commencé à travailler avec notre formation à quatre sur le disque Change en 2011.  Il est sorti en 2013 et cela fait maintenant deux ans que nous avons commencé à travailler tous les cinq sur Fading Away. Pas si longtemps que ça finalement.

 

Pouvez-vous nous parler de votre clip "Fading Away" où vous vous faites tatouer les paroles du titre par l'artiste Smbousile. Pourquoi cette idée de tatouage ? 

Le texte en lui même est une revendication, un cri de liberté. La notion de performance m'attire dans nos vidéos et dans l'art en général. Nous avions déjà réalisé des performances au préalable : dans la vidéo ou nous jouons avec une mygale qui marche sur les instruments et me monte dessus, celle avec une circassienne effectuant son numéro de marche au plafond, celle ou nous faisons un live avec un choeur d'enfants ou encore celle ou une calligraphe réalise un tableau en temps réel.

Je suis fasciné par le tatouage depuis longtemps, ainsi que la calligraphie. C'était l'occasion rêvée de réunir ces univers. Le morceau appelait à une performance radicale, sombre, puissante et esthétique. Je voulais que ces mots soient gravés sur moi, qu'ils fassent partie de moi. Le paradoxe entre le cri de liberté et le fait de se faire tatouer, comme au fer rouge, comme en signe d'asservissement me plaît également. Cela résonne avec le morceau, qui lui aussi joue sur ce paradoxe ; une rythmique répétitive, sombre accompagnant ce texte sans le laisser "en sortir", on ne sait pas si c'est un cri poussé en vain ou au contraire une victoire.

 

Un scoop pour Rockfanch ? 

Cet EP, Fading Away, est en réalité une "moitié" d'Album, une sélection d'un disque complet et terminé, qui n'attend que le bon moment pour vous être présenté. Ce qui ne saurait trop tarder.

 

Site officiel : http://aftersnowfalls.com/

Facebook : www.facebook.com/after.snowfalls

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents