Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rockfanch

Rockfanch

Musique de tous horizons et festivals au rendez-vous.


Concrete Knives - Mai 2011

Publié par rockfanch sur 5 Mai 2011, 11:09am

Catégories : #Interviews

Comment s'est formé le groupe Concrete Knives ?
On s'est formé en 2007, on était potes au lycée. On aimait la pop anglo-saxonne, dans notre ville, il n'y avait pas encore de groupes de pop, on avait envie d'autre chose, de proposer un autre truc.


D'où vient ce nom ?
Nous l'avons emprunté à un gang gay des 70's de Harlem à NYC. On a trouvé ça assez cool. Personne ne comprend, car forcément si on s'arrête au sens simplement littéral, ça ne signifie rien comme beaucoup de nom de groupes. On aurait dû avoir un nom de groupe classique comme Thierry et ses radis ou les Kenosha Kickers mais ça fonctionnait pas. Je ne sais pas si tu connais les Kenosha Kickers, un super groupe de Polka américain.


Quels sont vos influences principales ?
Elles sont un peu partout. Aussi bien dans le football du FC Barcelone que dans la sauce secrète du Big mac. Ces choses qui deviennent des classiques ou le sont déjà de part le fait qu'ils aient trouvé l'harmonie.
Tout ce qui nous paraît harmonieux et au service d'un tout est une source d'inspiration.

 

http://tavidado.orne.fr/wp-content/uploads/2010/12/concrete_knives-300x217.jpg


De quels groupes français vous sentez-vous les plus proches ?
Dans la culture, on se sent proche de groupes comme The Bewitched hands. Après artistiquement, je ne sais pas vraiment. On est très copains avec les Hushpuppies, The Do, Rhum For Pauline ou Van Pariahs mais c'est différent. Par contre des groupes français nous fascinent comme Botibol ou François and the Atlas Mountains.
 

Vous avez la particularité de chanter à l'unisson entre voix féminine et masculine. C'est une volonté ou ça s'est fait naturellement ?
C'est ça, ça a été naturel dès le début. Artistiquement ça nous plaisait, il y avait une couleur qui se dégageait, un truc un peu maladroit mais qui au final fondait une identité.


Pouvez-vous nous présenter votre premier EP "You Can't Blame the Youth" ?
C'est un disque "trait d'union". Il fait le bilan de ce qu'était le groupe durant ces trois dernières années mais aussi une ouverture ce qu'on tente de mettre en place. Il est co produit avec notre manageur qui a également une boite d'édition. On a choisi tout de bout en bout de l'art work aux personnes avec qui on a souhaité travailler.

Transmusicales, Printemps de Bourges bientôt les 24 heures du Mans. Vous allez vous arrêtez où ?
Il n'est pas question de s'arrêter. On savoure ce qui ce passe, l'objectif est toujours avancer et analyser ses choix. Là pour Le Mans, on veut juste un autographe de Jean Paul Belmondo.


Il y a t-il une date de festival cet été que vous attendez plus que les autres ?
L'étranger... le Paléo en Suisse et Fusion Festival en Allemagne, plutôt par curiosité. Savoir comment le public étranger va recevoir notre musique. Après, on aborde les dates de la même manière, chaque concert est différent et tu rencontres des personnes différentes à chaque fois. Une rencontre est tellement précieuse que tu te dois de donner le meilleur, d'autant plus quand quelqu'un t'a invité.


Vous comptez venir nous voir en Bretagne cet été ou cet automne ?
On revient en Bretagne en Novembre à Brest au Vauban.


Un scoop pour Rockfanch ?
Juste au dessus :)

 

MySpace officiel

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents