Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rockfanch

Rockfanch

Musique de tous horizons et festivals au rendez-vous.


Fête de l'Huma

Publié par rockfanch sur 20 Septembre 2011, 22:04pm

Catégories : #Chroniques concerts

VENDREDI

Arrivé sur les coups de 14h30 après le voyage dans le bus communiste morbihannais c'est pas vraiment frais qu'on attaque le premier concert du jour : Fat Freddy's Drop. Un groupe néo zélandais qui fait dans le reggae sur la grande scène. On m'en avait dit le plus grand bien sur scène... Force est de constater que le reggae même avec des bières et du punch dans le sang c'est chiant. Après un détour désaltérant on retourne se placer pour Gaëtan Roussel ce qui amène à voir la fin de Soprano et son Chérie Coco à fond les ballons. Un concert qui aurait pu être rigolo en entier mais bon... On a été coincé sur un certain stand alors. Gaëtan Roussel entre sur scène à 20h30 pile et vlan le show commence hyper carré avec beaucoup de musiciens autour du chanteur de Louise Attaque. Batteur, percussioniste, bassiste (l'excellent Jo Dahan ex gratteux des Wampas qui avait une tenue camouflage digne du Ché), guitariste, claviers et même saxo et choriste. L'artiste enchaine ses tubes avec Inside Outside, Help Myself ou Dis moi encore que tu m'aimes. On était bien parti pour voir un concert en entier... et non en fait.

Un petit tour vite fait à Avril Lavigne qui porte bien son nom on était raisin pour son concert. Juste le temps d'appercevoir la remplaçante de Sum 41 avec sa guitare aux genoux avant d'attaquer le moment larmoyant où y'a que des slows. Chienne de vie ! J'aurai bien voulu avoir un Sk8ter boy !

 

SAMEDI

On attaque notre samedi de for belle manière avec Les Rois de la Suède et le quatuor est encore plus en forme qu'à Pontivy en juillet dernier. Le public est au méga taquet sur la scène Zebrock et le groupe enchaine les vannes comme "Je peux vous garantir que les femmes des bénévoles elles vont voir les dirigeants du Parti Communiste dans leurs loges et y'a pas que des cacahuètes à se mettre dans la bouche". Socialisme en clôture a forcément une dimension particulière à la Fête de l'Huma. Surtout quand il s'agit de chanter pour le Modem parce qu'on a pas donner au Téléthon ou chanter pour l'UMP. Enfin siffler l'UMP est plus juste... Second concert du jour Bernard Lavilliers. Forcément une saveur particulière à La Courneuve de voir Nanard. C'est comme voir le pape à Lourdes. Le chanteur-métallo commence un concert où il a l'air absent (la tournée doit lui peser) mais enchaine par la suite avec une classe incroyable. Tout y passe avec au départ Je Cours de son dernier album Causes perdues & musiques tropicales et son intro a grand coups de bidons. Les tubes légendaires que sont Pigalle la Blanche, Melody Tempo Harmony, La Salsa, On the Road Again s'enchaine avec des titres plus récent du dernier album : L'Exilé, Causes Perdues, Identité Nationale... Fustigeant au passage les dirigeants. Dans la set list best of du Stéphanois on retrouve Les Mains d'Or chanson la plus ouvrière du monde ainsi que Solitaire

 

DIMANCHE

Encore humide de l'apocalypse de la veille on apprend LA bonne nouvelle du jour : No One is Innocent décale son concert au dimanche après-midi n'ayant pu jouer hier soir. On va commencer la journée pied au plancher avec Nolwenn Leroy. Quel bonheur de voir celle qui représente si bien la Bretagne. Non je déconne, ce concert mérite le prix de concert le plus beauf de la Fête de l'Huma 2011. Un live comme on en voit qu'au détour d'une place au festival Interceltique vers 22h une fois que tout le monde est saoûl. On assiste à un baluche irlandais avec des musiciens pourtant classe comme Laurent Faucheux (batteur qui a officié pour Renaud, Souchon, Lavilliers) ou Michel-Yves Koffman (LE bras droit de Souchon en live). Du coup on a le droit à tous les titres clichés Suite Sudarmoricaine, Tri Martolod, Dirty Old Town dans une version pas alcoolisé comme le faisait si bien les Pogues. Ca sentait la Guinness avec les Pogues, là ça sent le panaché et encore... Brest et Le Bagad de Lann Bihoué represente les seuls titres du répertoires non traditionnel. Fait extrêmement étrange il commence à pleuvoir pendant son concert... Etrange non ? C'était peut être pour avoir le temps breton en prime. Le concert étant cliché faisons un méga cliché climatique.  "J'ai cherché les stands bretons mais je les ai pas trouvé". Elle n'a pas du percévéré les stands Bretons étant à 10 mètres de la scène environ... Le concert se termine par Les Prisons de Nantes et La Jument de Michao. Mon dieu. Enfin c'était quand même rigolo. Changement de registre maintenant avec No One is Innocent sur Zebrock. Gros son, gros concert et grosse présence scénique de Kemar le chanteur. Ca change de Nolwenn et sa vague présence scénique. Les titres engagés s'enchaine sur tous les sujets politiques comme US Festival, Revolution.com, Nomenklatura, L'amour de la Haine (sur Sarkozy), La Peur et même sur ... Johnny Rotten. Durant laquelle Shanka guitariste du groupe fracasse sa guitare. Petit moment de repos avec Ou étions nous ? en duo acoustique avec Shanka et Kemar. Le repos sera de courte durée puisque s'en suit La Peau titre monumental dans la discographie du groupe. Moment énorme. Fin du concert sur Drugs ou les filles peuvent monter sur scène. Malgré que monsieur le vigile soit pas content, elles grimpent avec le groupe. On sort de là avec une grosse baffe dans les dents quand même. Un petit tour à Yannick Noah pour voir que son concert est toujours aussi calibré et sans surprise pour se rendre compte que No One claque beaucoup.

 

Bilan du week-end des bons concerts comme Les Rois de la Suède, Nanard ou No One mais trop peu à mon gout. J'y retourne l'an prochain mais avec la ferme intention de voir plus de concert et de passer moins de temps dans les stands à buller...

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents