Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rockfanch

Rockfanch

Musique de tous horizons et festivals au rendez-vous.


Indisciplinées

Publié par rockfanch sur 13 Novembre 2013, 16:33pm

Catégories : #Chroniques concerts

MERCREDI 6 NOVEMBRE : Young Fathers et Mondkopf [DJ Set].
Je pense que pas mal de personnes se rappelle de l'ENORME soirée rap de l'an passé au Manège avec Champagne Champagne, THEESatisfaction et Shabazz Palaces. Quel ne fut pas notre bonheur lors de l'annonce de la programmation quand on apprend que cette année la soirée rap est reconduite au Manège avec Young Fathers et Ghospoet pour le mercredi !
Les Young Fathers ouvrent la soirée avec leur "soul futuriste". Un rap complètement barré où les trois mcs font le show devant le public, le tout supporté par un multi instrumentiste qui façonne des rythmes tribaux. Grosse prestation pour mon premier concert des Indisciplinées !
Initialement prévu en deuxième partie de soirée, Ghospoet a du annuler sa prestation au Manège. Mondkopf le remplace au pied levé en DJ Set. Un set techno assez froid dont je ne suis pas fan mais je reste quand même regarder une demi heure pour être sur de rien regretter. Je rentre chez moi, il faut garder des forces jusque dimanche!

JEUDI 7 NOVEMBRE : A Place to Bury Strangers, Wall of Death et Death Engine.
Avis de tempête, une soirée "gros son" est prévue au Manège ce soir. Un programme aux petits oignons nous est proposé avec A Place to Bury Strangers, Wall of Death et Death Engine. C'est aux derniers nommés d'ouvrir la soirée avec un noise hardcore à te faire saigner les oreilles. Grosse leçon de puissance avec ce groupe sur scène ! Je suis pas fan de ce genre de musique, mais il faut avouer que ça cogne bien. Je vous conseille d'écouter Amen, leur premier EP déjà remarqué par les critiques.
Après ce décrassage d'oreilles en règle, on retrouve les parisiens de Wall of Death. Groupe qui ne cesse de grossir depuis quelques temps avec un passage au Pitchfork, une sélection au prix FAIR et pas mal de premières parties prestigieuses comme les Black Angels ou Hanni el Khatib. Sur scène, trois mecs : un chanteur-guitariste, un synthé et un batteur qui joue une musique psyché sur laquelle l'esprit des Doors et de Pink Floyd plane. Malgré quelques longueurs sur certains titres, le  groupe laisse une très très bonne impression à la fin de son set.
Enfin le moment qu'on attendait tous dans la salle : A Place to Bury Strangers. Groupe surnommé "groupe qui joue le plus fort de New York" et c'est pas volé au vu de la puissance sonore dévoilée ce soir ! Le son du groupe est certes puissant mais pas assourdissant. De la fumée envahit (souvent) la scène, plongeant les musiciens dans un brouillard qui rappelle leur musique et les épaisses mélodies électriques sortant des amplis. A mi chemin entre psyché et shoegaze, les titres s'enchainent et on ne voit pas passer cette heure en compagnie du trio. Quelle claque ce soir !

VENDREDI 8 NOVEMBRE : Fauve, Griefjoy, Superpoze et The Lanskies.
L'ouverture de cette première soirée à Cosmao est assurée par The Lanskies. Créé en 2006, le combo normand envoie sa "Hot Wave" (new wave plus dansante) et après à peine deux morceaux met le public dans sa poche. Il y a du Bloc Party dans ce groupe à la pêche incroyable avec un chanteur qui sait faire le show en jouant à l'équilibriste avec son pied de micro. A suivre dans les années à venir sans aucun doute et qui sort un album en janvier !
Juste après on retrouve Griefjoy, dont je ne verai que trois morceaux puisqu'étant en interview avec Superpoze. Malgré leur très jeune âge (une vingtaine d'années environ), le groupe livre une bonne prestation sur des titres électro / rock. On parie que l'an prochain ils seront à l'assaut de tous les festivals en France?
Vient ensuite la tête d'affiche de la soirée : Fauve. Le collectif qui créé à la fois sa musique et ses médias (vidéos pour la plupart), est un véritable phénomène qui fait salle comble partout où il passe. Cosmao est chauffée à blanc dès leur arrivée. Le public, composée d'une majorité de lycéens et d'étudiants (et aussi de personnes de 30 / 40 ans) fait un accueil digne de son nom à Fauve. En environ une heure de set, le groupe distille les titres de ses EP avec notamment Haut les Coeurs, Blizzard ou Sainte Anne qui sont les "tubes" du groupe. La musique tourne souvent en rond sur le même rythme, le chant se barre souvent en rap et reste incompréhensible (ça empêche pas le public d'hurler les paroles quand même) et puis bon les paroles ... Au bout d'un moment la séance de psy en public c'est un peu lassant. Il faut quand même leur reconnaitre un très très gros boulot vidéo, puisque le groupe joue devant un écran sur lequel sont projetés des vidéos... Ah le XXIème siècle ! On sent quand même des gars sympas sur scène, un peu dépassés par l'engouement qui se produit autour d'eux. On a quand même un soutif qui a fini sur scène et une nana à moitié à poil durant le set... Normal !
Pour clôturer ce vendredi, on retrouve Superpoze. Gabriel de son prénom, prouve une fois de plus la grosse vitalité de la scène normande (dont il est le second représentant de la soirée avec The Lanskies). Superpoze fait un live vivant, où il triture ses pads, saute, bouge, etc... Quel plaisir de voir un DJ qui joue enfin en live et qui ne passe pas son set à jouer au mode geek et à appuyer sur on et off !


SAMEDI 9 NOVEMBRE : Rone, Is Tropical, AlunaGeorges, Wampire et Noir Statues.
On arrive pour voir les américains de Wampire. Originaires de Portland, le groupe est un des coups de coeurs de Thierry Houal, programmateur, qui nous l'avait confié dans une interview dernièrement. Mélange de synth pop et de garage un peu crado, le groupe met le feu à la salle en moins de temps qu'il n'en faut. Génial pour lancer la soirée !
Le trio londonien Is Tropical prend la suite. Signature de chez Kitsuné, le groupe envoie son électro rock bien foutue dans la lignée d'un Two Door Cinema Club ou d'un Klaxons entre grosses guitares et synthés. Un mélange efficace, qui fait du bien aux oreilles ... et aux pieds puisque Cosmao move son body au son diabolique des londoniens ! En fin de set, le trio invite une jeune fille du public à les rejoindre sur scène pour interpréter leur titre "Dancing Anymore"
Les autres londoniens de la soirée, AlunaGeorge, suivent. Le groupe, qui tient son nom de ses deux fondateurs Aluna Francis et Georges Reid, jouent un r'n'b dit futuriste entre hip hop et expérimentations sonores. Les titres plaisant s'enchaînent, aussi bien pour les oreilles que pour les yeux grâce notamment à Aluna qui nous scotche le regard avec un sacré charisme (et un mini short aussi mais chut) ! On est forcé de se remuer sur le dancefloor tellement l'énergie déployée par Aluna est communicative. Belle prestation !
Rone pour clôturer. C'est pas une grande nouvelle, l'électro ça a jamais été ma tasse de thé... Là ça passe pas trop mal pourtant, quoiqu'un peu "froid" parce que très très peu vivant de son côté. Après le son claque clairement mais bon je préfère écourter sa prestation pour prendre l'air.

DIMANCHE 10 NOVEMBRE : Christophe et The Chameleons.
Dernier jour des Indisciplinées ... C'est encore passé à une vitesse tout ça ! Pour clôturer cette huitième édition  qui de mieux que "le plus indiscipliné d'entre nous" : Christophe. Une légende est ce soir au Grand Théâtre, l'homme a su traverser et s'adapter à toutes les époques avec des tubes à la pelle. En arrivant dans la salle, on se rend compte qu'il y a pas mal de matériels sur scène... Finalement il joue en groupe ? Peu après 19h30, Christophe monte sur scène et prend place derrière ses synthés. Le chanteur assure, seul,  près de 2h30 de spectacle malgré une première partie un peu longuette, durant laquelle ma (jolie) voisine somnole, Christophe va lâcher le gros son en seconde partie avec des programmations électros qui claquent sur des titres chantés au clavier. Lui même qualifie sa musique récente de "variété électro". Il enchaine bien entendu tous ses tubes des Mots Bleus à Aline en passant par Succès Fou, Les Marionnettes ou Petite Fille du Soleil. Christophe rend aussi hommage à deux monstres français avec une reprise de Brassens (La Non Demande en Mariage) et d'Alain Bashung (Alcaline). Je sors du Grand Théâtre vraiment scotché par cette prestation incroyable.
Terminé ses Indisciplinées ? Pas tout à fait, non. Un dernier concert se déroule au Manège. Initialement prévu au Galion, le live des Chameleons a suscité un tel engouement qu'il a changé de lieu. Il faut dire que le quatuor mancunien est souvent cité en référence par The Wedding Present, Interpol et une palanquée d'autres groupes donc, oui avec Christophe juste avant, le thème de la soirée c'est bien : légendes de la musique. Le groupe joue une new wave assez sombre en première partie voir un peu glaçante avant une suite beaucoup plus dansante. La prestation du groupe est vraiment pas mal du tout et ils ont l'air de s'éclater! Complètement vidé après cinq jours de festival, je déclare forfait avant le rappel pour rentrer chez moi... Et dormir.

Une fois de plus une excellente cuvée des Indisciplinées que ce cru 2013. Il est même carrément millésimé grâce aux soirées du Manège et au live - immense - de Christophe en clôture.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents