Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rockfanch

Rockfanch

Musique de tous horizons et festivals au rendez-vous.


Les Indisciplinées 2011 - Lorient

Publié par rockfanch sur 12 Novembre 2011, 14:00pm

Catégories : #Chroniques concerts

MERCREDI

Soirée d'ouverture au Galion bar wock n woll de Lorient. Ce soir deux groupes se partageront l'affiche : The Feeling of Love d'abord puis Godronbord. Enfin c'était prévu comme ça, sauf que les premiers cités ont eu une panne de camion,  l'ordre s'est donc vu inversé. C'est Godonbord (qui est venu en voisin) qui ouvrira la soirée. Aussi connu sous son nom Rotor Jambreks ou il fait du rock 'n' roll tout seul, il change de projet pour s'appeller Godronbord où il fait de l'électro-rock... Tout seul ! Il a toujours pas trouvé de copains musiciens. Son projet envoie du lard en tout cas, gros beats, gros riffs cette sixième édition des Indisciplinées commence fort ! S'en suit The Feeling of Love enfin arrivé qui monte son matériel pendant un moment. Je regarde les seuls trois premiers morceaux, leur rock new wave me convainct pas vraiment de rester. Demain y'a école alors !

 

JEUDI

C'est le vainqueur du tremplin Misty Wines & Oli Alone qui ouvre ce premire jour à Cosmao-Dumanoir. Après avoir joué en ouverture de Lorient / Ajaccio au Moustoir, le duo folk va affronter le public (un peu plus exigeant que les footeux quand même...) des Indisciplinées. Ils sont deux, ils chantent tous les deux, ils font de la guitare tous les deux dans une ambiance acoustique pas vraiment remuante mais bon pour un début ça s'écoute pour mettre dans le bain.

 

GaBLé fait monter la pression d'un cran avec son électro rock folk hip hop foutraque qui claque en live. Alternant guitares acoustiques, beats techno, samples et explosage de cagette (si, si jvous jure ils sont barrés ces Caennais). Nice ! La belle Keren Ann entre en scène et envoie les photographes au chômage... Un bon moment aussi, la chanteuse se débrouille vraiment bien même si le moment harmonica Bob Dylan était pas forcément à mon gout mais bon. Elle nous balance une reprise d'Alain Bashung Je fume pour oublier que tu bois suivit de près par un My name is trouble en version Maxi XXL (environ 10 minutes). Bon set même si j'ai honnêtement craint que ça allait être chiant à mourir. Le phénomène anglais Baxter Dury prend la suite. Dans une veine pop à synthé il assure le show avec des chansons bien foutues et des titres qui envoient. Entre deux verres de rouges il enchaine les titres de sa merveille d'album Happy Soup. Les tubes en puissances comme Trellic, Isabel ou Claire s'enchainent pour une excellent prestation. Pour clôre le tout Quadricolor. Après avoir perdu deux dixièmes à chaque oreille avec le batteur qui cogne comme un dingue pendant les balances on assiste à un live très bon pour une fin de festival. Le groupe niçois alterne couplets calmes et refrains ravageurs à la Foals et ça marche ! Excellent !

 

VENDREDI

De la jeunesse ce soir aux Indisciplinées, et puis les perfecto et les chaines sont de sortie. The Fall groupe phare de la génération post-punk est présent pour une date unique en France. Pourtant c'est une formation électro qui va ouvrir la soirée. Il s'agit du groupe The Shoes, récemment nommé au Prix Constantin. Sur scène on prend une tarte. Le son est nickel et les deux batteurs derrière c'est dingue ! Même gestes, même puissance et surtout ... même habits. La touche qui tue. Le groupe termine à Lorient sa tournée marathon qui l'a amené dans pas mal de festivals. Après un Stay the Same bien mais sans plus le groupe termine son set sur un Time to Dance d'ANTHOLOGIE. Les webziners de Sourdoreille ont d'ailleurs eu la bonne idée de l'immortaliser là.

Ensuite The Fall avec Mark E Smith l'homme le plus cramé du monde... Il en tient une bonne comme qui dirait. Il passe son temps à dérégler le matos et à sortir faire le tour de la scène, un peu sénile le père Smith ? Ca on n'en sait rien, mais ces musiciens assurent à mort et heureusement sinon... A signaler qu'il a fait slammer un pied de micro et qu'il a passé la moitié de son concert à chanter sur une chaise (à peu près aussi juste que Didier Wampas en passant).

Herman Düne arrive sur scène avec un joli rideau derrière. Le groupe sait tenir sa place et a fait rocker son folk ce soir en donnant quelques bons moments. Pour terminer la soirée Wire. Autre groupe post-punk ce soir, aussi en date exclusive en France. Le son envoie à fond, ça joue bien, ça joue vite mais la fatigue rattrape les troupes alors dodo.

 

SAMEDI

Dernier soir aux Indisciplinées (déjà !) et ce soir on met les petits plats dans les grands avec une soirée électro digne de ce nom avec la crème de ce qui se fait de mieux en France : Yuksek, Toxic Avenger, Housse de Racket et les belges de Goose.

En ouverture Mc Luvin, passage kitschissime au possible coincé entre 80's et pop qui claque. Le chanteur du groupe est affublé d'un keytar et d'une panoplie flashy rouge avec la touche de gout qui tue : un slip léopard qui dépasse d'au moins 10 cm du pantalon. Jolie entrée en matière.

Housse de Racket ensuite, interrogation quand à la venue du groupe sur les terres lorientaises. C'est pas vraiment électro comme groupe quoi ho ! En fait sur scène leur live est carrément orienté gros son avec beats énormes et synthétiseur. En parlant de Synthétiseur, ils vont la jouer celle là et de quelle manière. Cosmao saute comme un seul homme devant les parisiens avant d'enchainer avec Oh Yeah ! Grosse claque que donne les parisiens mélangeant le premire et second album (Alesia) sorti il y a peu. Si on avait des doutes en début de concert, on a des certitudes quand au talent de ces deux là à suivre cet été. La tête d'affiche de la soirée suit. Il s'agit du rémois Yuksek entouré de deux musiciens une batteuse et un claviériste-bassiste. Il fait l'effet inverse de ces prédecesseurs, rendant ainsi son set plus pop que sur album. Une heure de pop bien ficelé où le DJ est pas franchement très communicatif, on apprend un peu plus tard via facebook qu'il avait chopé une angine... Par contre force est de constater que son Tonight joué en dernier (forcément) est une tuerie live extrême ! Chapeau bas rien que pour ce titre !

Là par contre on tape dans le dur, voir même l'excellent : Goose. On m'a déjà vanté les mérites de ce quatuor belge, mais là ça dépasse tout. Le live est excellent, ça envoie dans tous les sens de l'électro rock à faire baver tellement c'est bon ! Les trois situés devant troquent parfois leurs synthés pour une basse et une guitare. L'hyper efficace Bring it On est joué assez tôt dans le set (3ème position). La suite ne sera qu'une suite de gros son rock à la sauce synthé avant un final très rock avec les quatre musiciens en formation rock. Une claque comme on en prend pas tous les jours !

Juste le temps d'aller dehors boire un coup et on renchaine avec Toxic Avenger. Je connais peu de choses sur le bonhomme mis à part un duo avec Orelsan... Ca s'écoute comme live, plutôt bien même. Le DJ Simon Delacroix (ça envoie moins comme nom haha) est entouré du duo Bonjour Afrique pour le live. Il livre une prestation très french touch avec des touches rock ou lui même prend une guitare. J'avoue que je suis pas resté jusqu'au bout vu qu'il faisait à peu près 45 ° dans la salle... Jusqu'à ce qu'une jeune fille vienne m'alpaguer "Vas-y j'viens te parler et tout tu me fais la tête quoi"... Gné ! C'est pas toi qui vient d'enchainer ton quatrième jour de festival.

Avant dernier groupe de la soirée : Beataucue. La fatigue se fait ressentir, le groupe donne dans le son qui envoie. Ca donne gros beats, gros beats et gros beats. Pas vraiment ma tasse de thé et en plus ils remixent du Yelle. Lol ! Je me traine jusqu'au set de [Trap] pour voir ce que ça donne l'hyper violence. On en prend plein la tronche... Mais vraiment, le son est poussé au max. Le duo franco-allemand envoie du gros gros son... Mais la fin sera sans moi j'ai trop pris dans les dents pour ce soir.

 

Encore une bonne édition des Indisciplinées! Vivement l'an prochain en tout cas !

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents