Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rockfanch

Rockfanch

Musique de tous horizons et festivals au rendez-vous.


Rock critic

Publié par André Berrett sur 18 Février 2012, 12:00pm

Ordi en marche, clope, mauvais café... Il manque les lunettes de soleil et le bourbon dans le mug et c'est bon on serait dans le cliché. Seulement, dans ces temps troubles pour le journalisme, l'heure n'est plus aux fausses postures....Bon faut que je déconnecte twitter et facebook parce que j'ai  mis 5 minutes à tirer ces trois pauvres lignes !!!
C'est à la suite de deux magnifiques articles paru sur le sulfureux site Gonzai que je me permet de donner mon avis sur la question du rock critic à l'heure d'internet, bien qu'objectivement il ne changera pas la face du monde on est bien d'accord.

http://7.mshcdn.com/wp-content/gallery/what-people-think-i-do/journalists-meme.jpg

Qu'est ce qui me différencie d'un rock critic, moi glandeur de vingt berges monomaniaque de vieilleries blues,  de piliers comme Rock'n Folk, Inrocks & cie ? Le contenu ?
Pour ma propre écriture, je suis très mauvais juge évidemment, mais chez les voisins on dégote parfois des mecs qui ont un vrai réseau d'informateurs (à l'image du site Derrière La Fenêtre qui fait parfois fuiter des prog' de festivals). On trouve sur le net un vrai travail d'orfèvre de la langue musicale. Le genre de mec qui vous donne envie de foncer piller votre disquaire, quitte à plus avoir une thune pour bouffer (ouai ça fait vieux jeux de continuer d'acheter des disques, je sais bien). Donc le style, le contenu en termes d'info, c'est pas la différence.


http://music.newcity.com/wp-content/uploads/2011/07/BangsC1.jpg

Le fait qu'ils prennent du recul, du temps pour juger, et qu'ils sont même  payé pour ça ? Je n'en suis pas si sûr. Journalistes et blogueurs sont peu ou pas payé. Dans la majorité des cas, on est face à des mecs qui font ça à la pige, qui sont au fond aussi chômeurs et précaires que vous et moi. On a autant de temps qu'eux pour faire leurs taf (c'est à dire écouter, se faire un avis, et voir si le voisin internetien pense pareil).
Quand à la position de l'alcoolo invétéré, d'une mauvaise foi maladive, laissez moi rire. Il serait faux de dire qu'on tourne tous au Vittel menthe. Encore plus quand on couvre un festival, où les tournées offertes et autres dégustations sont nombreuses. Mais pour le caractères, faut pas oublié que  c'est pas nous les rock stars et se foutre sur la gueule avec un artiste, à moins d'avoir un boss sympa (ce qui a toujours été mon cas) ou de s'appeler Lester Bangs (aaah ses interviews avec Lou Reed!), c'est juste impensable. Après faut pas cirer les pompes non plus, on est bien d'accord.
Alors à part qu'ils ont des gens pour corriger leurs fautes d'orthographe et que ça fait toujours plus classe de dire à un artiste qu'on bosse pour Tsugi plutôt que pour un blog, la différence hein.... Mais alors qu'apporte réellement un blog ou  n'importe quel site ?

Selon moi, et je vous encourage à laisser des coms pour dire si j'ai raison ou tort, l'architecture d'internet, dans sa relation horizontal de la médiation, permet un réel partage de la passion.  Je m'explique. Internet est par nature un média horizontal : pas de hiérarchie, on parle autant au vide qu'au monde entier, qui est libre de réagir, améliorer, pourrir parfois bref réagir. Ce que ne permet pas la radio, la télé  ou les journaux. Et c'est d'ailleurs amusant de voir des pontes comme JD Beauvalet faire des éditos où il pourri certains internautes, alors que sur twitter il a plus de quatre milles followers et qu'il suit à peu près deux cents personnes qui je suis sûr sont stratégiques dans le milieu de la musique.
Ainsi internet, c'est la mise à jour perpétuelle. Tu n'aimes pas ma position ? Donnes tes arguments, je te répondrai et par ce dialogue on arrivera peut être à se mettre d'accord et à dire que non vraiment Lana Del Rey, c'est pas ça.

Après, le temps, le talent, l'usure nous diront si tel blogueur a vraiment eu  raison, si tel autres qui fut hyper connu a vendu son cul, si tel inconnu qui faisait plein de fautes d'ortograf' avait  un peu raison en prédisant ceci et cela.
Internet est sans doute la nouvelle chimère, le nouvel opium du peuple. C'est un fait. Génération Y ou pas. On s'en fout, ce qu'on veut c'est planer. Média classique ou blog... « Qu'importe le flacon pourvu qu'on ait l'ivresse » disait de Musset.

Commenter cet article

Raph 18/02/2012 12:35

I agree :)

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents