Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rockfanch

Rockfanch

Musique de tous horizons et festivals au rendez-vous.


Woodstock '99

Publié par rockfanch sur 17 Avril 2011, 11:42am

Catégories : #Festivals

 

Woodstock est pour beaucoup LE lieu musical mythique. Festival entré dans l'histoire grâce à sa légende forgée par ses valeurs de paix et d'amour, imaginez qu'à la base 50.000 personnes payantes étaient prévus au festival de Woodstock (dont le festival ne s'est pas déroulé à Woodstock mais c'est une autre histoire), au final 450.000 hippies sont venus écouter gratuitement et  en harmonie "Peace & Love" les sets des Who, Santana, Jimi Hendrix ou Joe Cocker en cette année érotique de 1969. Vingt-cinq ans plus tard (en 1994) on a un festival hommage avec des survivants de la première édition que sont Santana, Joe Cocker, Country Joe MacDonald ou Crosby, Stills & Nash. Rien de particulier à dire sur le festival sauf qu'il a été surnommé "Mudstock" (Mud c'est la boue en rosbeef) car le terrain du festival est alors particulièrement boueux. L'édition des trente ans celle de 1999 amène peu de survivants sur le site. Déjà on est à 200 miles du site originel du festival de Bethel, les organisateurs étant parti du côté de Rome (dans l'état de New York). Peu (voir pas) de groupes ou artistes originels sont présent, seuls Jon Entwistle et Mickey Hart échappés de leurs groupes respectifs que sont The Who et The Grateful Dead sont à Woodstock.

 

C'est un vaste bordel qui va rythmer le festival du 23 au 25 juillet 1999. Parmi les présences notables on citera : James Brown, Ice Cube, Fatboy Slim, Alanis Morissette (si, si à l'époque c'était une tête d'affiche), Korn, Rage Against the Machine, Moby, Muse, Red Hot Chili Peppers... Peu de groupes ont donc un rapport avec la musique jouée à Woodstock en 1969. Une affiche de dingue, un festival qui renait de ces cendres. Cette troisième édition promet d'être tout aussi légendaire que son ainée. Seulement les organisateurs n'ont pas bien évalué les risques et ont pris des mesures qui  font monter la pression contre la bonne tenue du festival. Les spectateurs n'ont pas le droit d'introduire de la nourriture ou de la boisson, tout doit  être acheté sur place. L'eau payante a vite manqué pour les 200.000 spectateurs, cette pénurie est dûe principalement aux températures extrêmes du festival durant les journées (37° environ). Les malaises et les déshydratations sont légion pendant le week-end, les secouristes en sous effectifs sont dépassés.

 

 


 

 

Les groupes présents n'arrangent rien faisant monter le chaos ambiant. Rage Against the Machine par l'intermédiaire de son bassiste Tim Commerford brûle un drapeau américain (ce qui est interdit) pendant la chanson Killing  in the Name et déclenche une vive polémique. Limp Bizkit fait aussi du lourd avec la chanson Break Stuff incitant à la violence avec les paroles suivantes scandés par Fred Durst (frontmen du groupe) "Je vais peut être te défoncer la gueule ce soir", "Nous nous sommes senti comme des merdes / Tous ces enculés il faut les défoncer". Balancer ça devant un public qui souffre de malaises, déshydratations et qui est pris par les c******* par les promoteurs du festival qui veulent que tout soit acheté ! Ca met l'ambiance... Pas moins de 200 personnes mettront l'ambiance en détruisant un haut parleur et un camion, lançant des bouteilles (en verre, c'est tellement plus drôle). Une femme est alors grièvement blessée.

 

 


 

Le concert de KoRN laisse aussi une bonne centaine de personnes à l'infirmerie. La  palme va tout de même au concert des Red Hot Chili Peppers. Sans conteste. Le concert le plus apocalyptique de leur carrière, Flea (bassiste) joue à poil tout le concert et vu sa gueule ça fait déjà peur. A la fin du concert on déplore une tourelle d'enceintes qui prend feu et qui tombe  sur quatre camions qui brûlent aussi forcément. Au niveau humain un décès d'un homme de 44 ans (crise cardiaque). La police locale enregistre quatre viols, six blessés graves qui entrainent sept arrestations. Rappellés sur scène à la fin de leur concert, les Red Hot ne reviennent pas. Leur rappel étant un hommage à Jimi Hendrix appellé Fire. Des feux de joies se multiplient durant tout le week-end avec des bouteilles en guise de combustibles autour desquels les festivaliers dansent.

 

 


 

 

 

On peut signaler une dizaine de remorques brulées pendant le festival, un bus et de nombreuses toilettes sont aussi brulés. On est bien loin du peace & love. Un journaliste de MTV relate ces propos "Il était dangereux d'être ici. Tout était angoissant. Il y avait des signes de haine partout. [...] Il était clair que nous aurions dû partir de là. C'était comme un camp de concentration. En arrivant sur le site vous êtiez fouillés pour être sûr que vous n'essayiez pas d'introduire de la nourriture ou de l'eau pour que vous achetiez leurs produits outrageusement chers. Vous vous complaisez dans les ordures et le gaspillage humain. Partout était présente une humeur palpable de colère. "

 

Le festival ne se termine pas le 25 juillet. Diverses réactions de la presse déploreront le manque d'organisation des promoteurs du festival, la dangerosité du festival aussi et le capitalisme gerbant des promoteurs qui vendent des aliments et des bières à des prix trop élévés pour les spectateurs". Le guitariste de Rage Against the Machine Tom Morello balance aussi sévère dans la presse "Il y avait une affinité entre les pillards durant l'événement". Des membres de la National Organisation of Women protestent devant le bureau de l'un des promoteurs du concert auxquelles s'ajoutent des poursuites judiciaires sévères pour la déshydratation. Les avocats de la défense déclarent d'ailleurs que "leurs clients déclarent avoir souffert d'une détresse émotionnelle à cause de la mauvaise organisation du festival, de la sécurité et de déshydratation à cause du manque d'eau gratuite". Selon Mendelsohn un des avocats de la défense "Ils ont clairement négligé cet événement".

Vous l'aurez compris le Woodstock 99, est peu évoqué mais on connait désormais les raisons.

 

* Vendredi 23 juillet

- West Stage : Georges Clinton & the P Funk All Stars, The Roots, Insane Clown Posse, Buckcherry, Lit, Mot, The Umbilical Brothers et Spitfire.

- East Stage : James Brown, KoRN, Bush, The Offspring, DMX, Sheryl Crow, Jamiroquai, G Love & Special Sauce et Live.

* Samedi 24 juillet

- West Stage : Fatboy Slim, The Chemical Brothers, Moby, Los Lobos, Ice Cube, Everclear, Mickey Hart & Planet Drum, Bruce Hornsby, Guster et Spitfire.

- East Stage : Metallica, Rage Against the Machine, Limp Bizkit, Alanis Morissette, Dave Matthews Band, Counting Crows, Wyclef Jean & Refugee All Stars, Kid Rock et The Tragically Hip.

* Dimanche 25 juillet

- West Stage : Megadeth, Godsmack, Reveille, Collective Soul, Sevendust, Rusted Root, Our Lady Peace, Mike Ness et Spitfire.

- East Stage : Red Hot Chili Peppers, Creed featuring Robbie Krieger, Jewel, Elvis Costello, Everlant, Willie Nelwon et Brian Setzer Orchestra.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents