Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Rockfanch

ROMAIN HUMEAU - Février 2018

Publié le 13 Février 2018 par rockfanch in Interviews

ROMAIN HUMEAU - Février 2018

Comment avez vous choisi les titres présents sur Mousquetaire #1 ou #2 ? Il y a peut être un album plus rock que l'autre ? 
Je n'ai pas vraiment choisi ! Au départ, j'avais juste composé trente chansons dont j'imaginais qu'elles puissent être présentées sous le nom Mousquetaire. Mon ancienne maison de disque était d'accord puis à l'approche de la deadline, ils ont changés d'avis en voulant sortir deux volumes. 

Je suppose que l'argument était une question de "format". Pour beaucoup de gens dans l'industrie du disque, un album c'est dix ou douze chansons. Pas pour moi ! Je ne suis pas conservateur. Talk Talk avec Mark Hollis faisait des albums de six titres et les Pixies de Frank Balck en mettaient une vingtaine. Peu importe. La phrase a été coupée en deux et je n'ai pas vraiment choisi la césure.
Raison pour laquelle Mousquetaire #1 est mélancolique et Mousquetaire #2 plus "tendu-punk en arrière cour".

Je suggère à tout ceux qui ont les deux volets d'écouter les trente titres en aléatoire. Ils retrouveront, c'est sûr, un peu de mon envie initiale. Ce qu'il y a de bien dans ce désaccord, c'est que cela m'a mis en "réaction", et que Nikko Bonnière et moi même avons été emmenés à produire Mousquetaire #2 encore plus tendu que prévu.


      
Qu’est ce qui arrive en premier chez vous, le texte ou la musique ? 
Cela dépend. La plupart du temps, c'est la musique. Mais il y a des contre-exemples. Je cherche l'astuce harmonique et la mélodie en premier lieu, ça m'intéresse toujours autant comme sur Quixote, Tabloïds ou Artichaut. De fait, j'écris les textes sur canevas imposé en nombre de pieds, de césures, d'entrejambes et tutti quanti.

La musique va très vite chez moi, quatre ou cinq minutes. J'ai la chanson mais les textes peuvent prendre beaucoup de temps quand la musique dicte les mots. Par contre si j'écris un texte en premier, comme c'était le cas sur Nyppon Cheese Cake, Chercher, Collatéral, Paris et d'autres, mon propos est moins mélodique. Plus dans le phrasé et la scansion. Cela permet autre chose, une autre émotion. Il y a aussi la troisième situation où tout vient en même temps. C'est un immense plaisir. En fait Chercher s'est fait comme cela, en marchant comme un zombie dans Carnaby Street.

Quels sont les thèmes abordés par ce Mousquetaire #2 du côté des paroles ?
Je n'invente aucun thème, je ne pense pas que l'on puisse. Ce sont plus ou moins les mêmes tout le temps chez moi. L'enfance, la liberté, la mort, l'amour fou, le sexe, le "pourquoi vis-je ?". Depuis quelques temps, de ces thèmes en émane un autre qui, je le sens, va devenir prépondérant chez moi : Internet et le contrôle du monde par une poignée de connards via ce damné moyen.

L'idée de la réalité virtuelle, de l'homme augmenté, des manchurian candidate et du partage du monde post-seconde guerre mondiale par les puissants. De faire croire à l'humanité qu'elle est libre parce qu'elle a un Iphone alors que métaphoriquement cela correspond de près ou de loin aux Indiens parqués dans des camps, à l'esclavagisme ou aux camps de concentrations. C'est incroyable à quel point l'homme aime être un esclave, avoir des idoles ou veut se croire immortel. C'est toujours la question de La Boétie et de la servitude volontaire, la boucle est bouclée. "Pourquoi vis-je", liberté, mort !



Comment écrivez vous vos textes ? Ils semblent très instinctifs avec le phrasé et les rimes, c’est quelque chose qui vient “comme ça” ou c’est beaucoup de travail ? 
C'est tout juste deux phases pour moi, il y a un premier jet très instinctif où "j'ai tout" en une éjaculation. Puis, je reviens dessus. Parfois cela peut prendre du temps, d'être plus précis, de se documenter, de remettre plus de folie, etc. Certains pigent mes textes direct, d'autres les trouvent ésotériques. Il n'y a aucun texte chez moi qui ne veuille rien dire. Au contraire. Mais "dire" quelque chose demande un "trajet", le sens se révèle en bâtissant au cours de la chanson.

Je ne suis pas un chanteur néo réaliste du genre "Aujourd'hui, j'ai mangé une pomme Je viens d'ouvrir mon frigo", ni Ya bon Banania-régressiste "Moi aimer toi, toi aimer moi". Je tente d'incarner comme je peux mes sensations, mes pulsions et mes personnages (quand il y en a): du coup, rien ne me dérange, je peux aller partout : être fleur bleue, incarner le troisième Reich ou la trash-pornographie, comme être journalistique ou amoureux-transi. Ecrire une chanson c'est dans une certaine mesure transcender le monde. Je tente de le faire de la manière la plus vivante qui soit, en restant simple. Par contre, je fuis  le simplisme, les poncifs, les hooks et la branchitude. Quelqu'un à la mode est pour moi quelqu'un de mort.

Quels sont les groupes ou artistes qui vous avez écouté pour l’écriture de cet album ? Gorillaz, LCD Sound System, Gesualdo, Les Beatles, les Kinks, Santogold, Les Pixies, Fugazi, Ramstein, JS Bach, Joe Jackson, Cibbo Matto, Tom Waits, Michael Jackson, The Hives, beaucoup d'Albarn et tant d'autres ! 


Il y aura t-il un Mousquetaire #3… ou même un #4 ?
Il y aura un Mousquetaire B Sides composé de huit titres. Avec que des inédits qui auraient pu être sur le 1 ou le 2. Ainsi qu'un Mousquetaire Live confectionné avec 30 à 35 titres joués en concert un peu partout en France, Belgique et Suisse.

Ces deux disques sortiront chez SeedBombsMusic, notre nouveau Label, fin 2018, début 2019. Il n'y aura pas de tournées sur ces deux disques, vu que je serai encore en tournée sur Mousquetaire #2.


Quels sont les musiciens qui participent à ce nouvel album ? C’est le même casting que sur Mousquetaire #1 ou l'on retrouve de nouveaux musiciens ? 
C'est quasiment le même casting. Vous savez, contrairement aux album d'Eiffel dont j'écris aussi les chansons et produis les disques, quand je fais un album solo, je joue 90% de tous les instruments (guitare, batterie, basse, piano, claviers etc.) et j'invite quelques personnes à apporter leurs touches ici et là. Sur Mousquetaire#2, Guillaume Marsault est venu jouer deux batteries, Nicolas Bonnière a joué du Sitar, Ella Doherty est venue faire des choeurs et Joe Doherty du violon, de l'alto, des saxs Baryton, alto et soprano.
 

Pourquoi avoir créé Seed Bombs Music ? Une envie de liberté ?
C'était une nécessité pressentie depuis quatre ou cinq ans. L'industrie du disque est moribonde. Tout revient aux plateformes de streaming qui ont dealé sans l'accord des artistes l'idée de la musique gratuite avec une ou deux grosses majors auxquelles  elles appartiennent en partie d'ailleurs. Hum... ça ne marche pas !

Du coup réduction des effectifs, boulot de merde, aucune connaissance de ce qu'est la "matière première" : les artistes, les chansons, les enregistrements ou encore comme faire un disque. C'est l'image du tout Net, peu importe le contenu pourvu qu'on est le contenant. Un vide programmé. Il suffit de regarder les Victoires de la Musique et de préciser que faire de la musique n'est pas pas une bataille que je sache...

Tout est un leurre, tout est fake là dedans. On fait de "l'image", de la "sensation". Les protagonistes disparaissent d'année en année, remplacés par d'autres hologrammes. Les technocrates arrivant à s'auto persuadés qu'ils ont topé le nouveau Brel alors qu'ils ont dans l'incapacité de bouger leurs corps en ce rythme et ne savent pas ce qu'est un La Mineur 6. La musique est devenue un support pour la publicité, c'est effrayant.

A la base, il était question de frissons, maintenant, "on se situe". Cela permet juste de montrer à quelle classe sociale on appartient. Loin de tout ça, si on veut pouvoir continuer à faire notre travail d'artisans correctement, et en vivre un tant soit peu, il faut quitter ce merdier, avant que le bateau ne coule. On vient de le faire avec SeedBombsMusic. C'est pas gagné, on va ramer sévère, mais dans la vie, il faut bouger, s'adapter. Et être heureux avec ce que l'on est ! On l'est... C'est déjà ça ! On verra bien !

Sur la description du site de Seed Bombs Music, on peut lire que le label va produire vos albums solos ainsi que vos projets parallèles. Qu’est ce que l’on pourrait voir comme projets parallèles de Romain Humeau d’ici quelques temps ?
Déjà les Mousquetaire B Sides et Mousquetaire Live. Mais il pourrait y avoir une sorte de suite à Vendredi ou les limbes du Pacifique. Aussi il pourrait y avoir un "Album de chansons refusées pour d'autres". Sans oublier les futurs Eiffel post sixième album chez Pias, une quarantaine d'inédits, un recueil de poèmes mis en musiques et non chantés, l'album d'un nouveau collectif, mon prochain solo, des quatre titres de Noël et certaines choses que je ne peux pas dire....

Bref, il y a du boulot sur la planche... C'est très excitant. Le but étant petit à petit d'être Hors normes, hors timing etc. Quand on enlève l'idée de formats, tout s'éclaire, tout devient possible. On se rend compte d'ailleurs que l'on a absolument rien fait ! Tout est devant !
 

 

Les duos sont rares dans votre oeuvre, pourquoi avoir invité Billyboy et Slomy ?
Oui c'est vrai. Je ne cherche pas le duo à tout prix, ni le name dropping. J'ai chanté parfois avec quelques personnes assez connues, mais c'était parce qu'il y avait le truc. Si j'ai chanté sur Mousquetaire #2 avec bILLY bOY ou SLOMY c'est parce que cela me semblait plus qu'excitant et sensé artistiquement.



En 2015 vous avez adapté Vendredi ou les Limbes du Pacifique de Michel Tournier en album. Ca pourrait vous intéresser de réadapter un roman en album ?
Complètement. Comme je vous le disais, l'envie est là. Cela se fera. Je ne sais quand, mais quand le moment sera venu, la forme sera tout autre que celle envisagée pour Vendredi ou les limbes du Pacifique... J'ai pas mal de notes là dessus.



Si vous pouviez choisir un groupe avec lequel faire un split album, ce serait lequel ?
Il y en a beaucoup ! Stuck in the Sound, Feu! Chatterton, I Love my Neighbours, JoyWellboy, Vic & Jean, Rocé...

On ne peut pas vous parler sans évoquer votre groupe, Eiffel. Un nouvel album est en route ? 
Contrairement à ce qui est parfois, et notamment, écrit en ce moment, Eiffel ne s'est jamais séparé. Nous sommes très très bien ensemble. On s'aime. Nous nous nous voyons. Comme vous le savez, j'écris beaucoup de chansons. Je vous laisse en déduire le reste...



Un passage par la Bretagne pour la tournée de Mousquetaire #2 ?
Oui, oui, et ouiiiii ! On veut jouer partout. C'est de plus en plus dur, plus de fric, les programmateurs se risquent de moins en moins, il y a de moins en moins de possibilités pour communiquer en dehors du net... Et le net c'est l'endroit où tout le monde veut être, ça bouchonne. Alors, mon tourneur Melodyn et moi, nous nous battons. Oui, nous voulons et allons jouer en Bretagne ! Et j'espère pas qu'une fois sur cette tournée !



Un scoop pour Rockfanch ?
Donald Trump et Dick Rivers ont perdu leurs moumoutes respectives. Je leur ai prêté la mienne qu'il se partage par intermittence. Je suis donc, au moment ou je vous parle: chauve. Ah Ah!

 

Site officiel : www.romain-humeau.com
Facebook : romain.humeau1
Le label Seed Bombs Music : www.seedbombsmusic.com

Commenter cet article