Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Rockfanch

The Limiñanas - Février 2018

Publié le 21 Février 2018 par rockfanch in Interviews

Crédit photo : Emmanuel Fontanesi

Crédit photo : Emmanuel Fontanesi

Qu'est ce que signifie The Limiñanas ?
Il s’agit de notre nom de famille. Ce patronyme vient de la région d’Alicante et plus particulièrement d’un village qui s’appelle Monforte del Cid.



Votre spectre musical est très large. Allant de la pop au garage en passant par le psychédélisme. Mais s'il fallait retenir trois groupes qui vous ont inspiré lesquels ce serait ?
Les Stooges : pour la sauvagerie, le son, la fuzz.
Pascal Comelade et le Bel Canto Orchestra : pour son approche de la production, du business et sa façon radicale de tailler les arrangements. Le bel Canto comme les Bad Seeds sont un modèle de groupe pour nous... D’ailleurs je leur trouve des tas de points communs.
Nick Cave and the Bad Seeds : le meilleur, le plus beau et le plus classe des groupes encore en activité. Ils sont la preuve que l'on peut vieillir tout en faisant des disques encore meilleur à chaque fois. Dans le rock c’est très rare.



Comment s'est fait la rencontre avec Anton Newcombe ?
Par mail la première fois. Il nous a fait savoir qu'il aimait notre disque Down Underground et il nous a écrit. Ensuite il nous a fait jouer en première partie du Brian Jonestown Massacre au Trianon de Paris. 

 

Vous avez vu le documentaire Dig ? Vous n’aviez pas d’appréhension concernant le travail avec Anton Newcombe ?
Non, je n'ai pas peur de travailler avec des gens en marge, bien au contraire. Mais Anton aujourd'hui n'est pas du tout le même qu a l’époque de Dig!.  C'est quelqu’un de très généreux, à l'écoute, patient. Il n'a fait que nous aider et il s’est vraiment investi dans la production de Shadow People.

 

Pourquoi ce nom de Shadow People pour votre album ?
C’est un mythe anglo saxon. Les Shadow People sont des présences, des êtres que l'on  perçoit, ressent tout au long de la vie sans jamais les apercevoir. Le disque parle de l'arrivée d'un gamin dans un lycée des années 90. Il va trouver sa place dans les bandes de l ‘époque, les mods, les skins ou les rude boys. Ce qu'il va vivre là, va le construire et l'accompagner toute son existence. 


Vous diriez que votre nouvel album, Shadow People, est dans la continuité de Malamore où l’approche, musicalement parlant, est différente ?
Notre approche de la structure vis à vis des chansons est la même. Il s’agit toujours de travail sur le riff et la répétition. La production est très différente. Le disque est beaucoup moins sixties. Le travail d'Andrea Wright, l'ingénieur du son d'Anton à Berlin, s'entend dans chaque seconde du disque.

 

Quels sont les principaux thèmes abordés par les textes de Shadow People ?
La jeunesse, les histoires d'amours loupées, la fête, la drogue et les expériences que l'on fait à cet âge-là en général... Et l’amitié !


Qu’est ce qui vient en premier chez The Limiñanas, le texte ou la musique ? 
La plupart du temps on commence par la musique. Le travail sur les textes est beaucoup plus long que celui sur l'enregistrement et la production... C'est très délicat.


Un casting exceptionnel se joint à vous pour cet album. Anton Newcombe chante sur un titre ainsi que Peter Hook, Emmanuelle Seigner et Bertrand Belin. Comment avez vous rencontrés ces artistes et surtout pourquoi les avoir invités ?
On a pas du tout cherché à monter un disque de featuring célèbre, ce n'était pas l'idée.  Il s'agit juste d’amis dont on a croisé la route et avec lesquels on avait envie de travailler. Emmanuelle est venu à Cabestany pour nous parler d'un projet et nous avons enregistré dans l'après midi. On a rencontré Bertrand Belin en tournée en Australie et nous sommes devenus fan et amis, Peter Hook est l'un de nos héros de toujours.

 

Un artiste (ou groupe) avec lequel vous aimeriez faire un duo ?
On aimerait travailler avec Warren Ellis, Charlotte Gainsbourg et les Sleaford Mods.

 

On vous dit héritier des yéyés et du garage rock. C’est réellement possible de mélanger deux styles que tout oppose ?
Les yéyés ça ne veut rien dire. On a mis n'importe quoi dans cette bassine. Sheila et Dutronc, Ronnie Bird et Ringo. On est fan d’artistes français des sixties, le plupart du temps des plus décalés... et de musique primitive américaine, celle des Pebbles et des Back from the Grave. Mais on aime aussi Tom Jones, Black Sabbath et Joy Division... On est influencés et on écoute des tas de choses différentes.

 

Votre meilleur souvenir de scène ?
L’Ubu à Rennes pour une soirée «Gonzai». Le meilleur public du monde. C’était juste incroyable.

 

Le pire ?
Un concert à Pau au début du groupe. Nous étions très mauvais, pas prêt  du tout et quelqu’un dans le public, entre les chansons et dans un silence de mort hurlait :« à poil la chanteuse». Ca a été très long ce soir là.

 

Un scoop pour Rockfanch
J'ai mis au point une méthode révolutionnaire pour arrêter de fumer à base de tapas espagnole et de bière San Miguel. Je vais sortir un bouquin là dessus. Ca a très bien fonctionné avec moi. Je n’ai pas touché une clope depuis deux ans.


THE LIMIÑANAS SUR INTERNET
Site officiel : www.theliminanas.com
Facebook : /TheLiminanas


TOURNÉE 2018
* 9 mars : Espace Paul B (Massy) - 1ère partie : Fred Poulet
* 10 mars : Aéronef (Lille) - 1ère partie : Marietta
* 15 mars : Rockstore (Montpellier) - 1ère partie : Duck Tape
* 16 mars : Coopérative de Mai (Clermont Ferrand) - 1ère partie : Echo Anemone
* 17 mars : Silex (Auxerre) - 1ère partie : Hoboken Division
* 23 mars : Cave à Musique (Mâcon) - 1ère partie : Metro Verlaine et Rabbit Stone-System
* 24 mars : Festival Les Chants Mars à Feyzin avec The Wow Signal
* 29 mars : Trianon à Paris - 1ère partie : The Blow Up
* 30 mars : Chabada (Angers) - 1ère partie : The Mirrors
* 31 mars : Confort Moderne (Poitiers) - 1ère partie : Moon Gogo
* 1 avril : Des Lendemains qui Chantent (Tulle) - 1ère partie : Escobar et Hinin
* 21 avril : Espace Cap Caval (Penmarc'h) - 1ère partie :Robin Foster
* 26 avril : Bikini (Toulouse) - 1ère partie : JC Satan
* 27 avril : "Rock this Town" Cinéma Le Meliès (Pau) 
* 24 mai : La Nef (Angoulême) - 1ère partie : Warhaus et King Khan & the Shrines
* 25 mai : Le 106 (Rouen) - 1ère partie Datcha Mandala
* 30 juin : Kabardock (Le Port) - 1ère partie Pamplemousse

 

Commenter cet article