Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Rockfanch

[INTERVIEW] Samuel Degasne - UNE CHANSON, L'ADDITION

Publié le 28 Mai 2019 par rockfanch in Interviews

Crédit photo : ALD

Crédit photo : ALD

Comment est venue ta passion pour la musique ?
Elle m’a toujours entouré ! Que ce soit enfant, via les écoutes de mes parents (folk hippie et pop UK pour ma mère ; blues rural et heavy metal pour mon père). Puis, adolescent, lorsque je surconsommais les médias : magazines spécialisés, radios associatives… Venant d’une petite ville, c’était une ouverture sur le monde et sur toute une mythologie avec ses dieux et ses répudiés, ses trahisons et coups d’éclats. Si bien, qu’il m’arrivait même de tomber amoureux de groupes avant d’avoir écouté leur musique ! Pas étonnant que je sois resté obsédé par les contextes de création… 


Tu peux nous expliquer ton parcours avant de créer Une chanson, L’Addition ?
Après avoir abandonné la peinture pour la publicité, coorganisé d’immenses lan party ou été roadie pour Johnny, j’ai eu la révélation – il y a 15 ans – en animant une émission de radio hebdomadaire où je mélangeais interview de la scène rock et set acoustique. Un tremplin qui m’a conduit à Rue89, Le Progrès, M6, LesInrocks.com et permis de co-écrire plusieurs livres sur la musique et les festivals. Aujourd’hui, en parallèle d’UCLA, je collabore avec Rolling Stone magazine et Longueur d’Ondes, le festival des Vieilles Charrues et Rock en Seine. 


Comment t’es venue l’idée de créer Une Chanson, L’Addition ? C’est un concept qui a mis longtemps à mûrir ?
Ce n’est pas tant une « idée » : c’est vraiment ce que je suis ! J’ai toujours raconté ces anecdotes au pub, glanées en fin d‘interviews une fois le micro coupé. Or, je m’agaçais de l’absence progressive de ce type de récits, qui m’ont construit et donné envie de faire ce métier, dans les médias... De la nécessité d’avoir des repères et un format court/accessible pour les transmettre. Jusqu’au jour où on me l’a proposé ! 

Qui t’entoure sur ce format ?
Anne-Laure (Awalp studio) qui s’occupe de tout ce qui est production, logistique, partenariat, invités, diffusion… C’est elle qui a eu l’idée d’en réaliser un format YouTube, après avoir passé les dix années précédentes comme directrice de la communication des Francofolies et du Printemps de Bourges, travaillé pour La Seine musicale ou Stage Entertainment. Puis, Wassup’prod (Masereti, Roland-Garros, Warner…) qui prend notamment en charge la réalisation et le montage... Au total, ce sont donc quatre bénévoles en permanence sur ce projet.


Trois mots pour expliquer le concept d’Une Chanson, L’Addition ?
Ludique / Rapide / Accessible
Mais si ce n’était pas dans un sens littéral : contexte de l’époque, quiproquos, processus créatif, stratégie du label… Le temps d’un café, je te raconté yeux dans les yeux un standard rock, des années 60 à nos jours. 


Comment tu choisis les artistes dont tu vas parler dans tes vidéos ?
C’est comme préparer des menus à l’année ! Je recense les ingrédients que l’on souhaite utiliser et/ou faire découvrir ; on vérifie si la saison est propice et les éventuelles allergies des convives ; on veille surtout à varier les plaisirs et à l’équilibre général ; et puis on trépigne en salivant à l’avance… 


Le format a évolué depuis le début, notamment avec l’arrivée d’interview d’artistes ou un Top comme pour la vidéo sur Lenny Kravitz. Une Chanson, L’Addition nous réserve encore des surprises ?
C’est toujours chouette de sortir du cadre pour mieux y revenir ensuite… Après, il y a une différence entre les envies et le réalisable… Mais ça fait partie du jeu ! C’est pour ça que, sur une centaine d’épisodes, nous avons aussi bien invité un personnage de dessin animé, une marionnette ou une poule, publié un épisode entièrement en voix off ou caché des easter eggs, fait la visite guidée d’un lieu ou tourné un court-métrage pour la 100e… Tant que ça sert le propos, tout est autorisé au gré des envies et des humeurs. Actuellement, on réfléchit beaucoup à des formats où nous pourrions pousser plus loin l’immersion.

Après 102 vidéos, laquelle te rend le plus fier ?
Celle sur l’histoire du festival des Vieilles Charrues – qui n’est pourtant pas celle la plus vue... Pour plusieurs raisons : c’est vraiment ma grand-mère espagnole, immigrée dans le Centre-Bretagne, qui m’a obligé à découvrir ce festival (au sein duquel je passerai de simple festivalier, à bénévole, puis prendrai ensuite en charge les conférences de presse artistes) ; parce que c’était un vrai fantasme de réaliser une intro dansée ; parce que j’ai vécu quasi toutes les anecdotes artistes que j’y décris ; et parce que, 20 ans après ma première édition, cette vidéo a été multidiffusée sur les écrans géants du festival… Traiter un événement qui a été aussi déterminant dans mon choix professionnel avait donc une saveur particulière.


Pourquoi faire une vidéo le vendredi à 15h et pas le lundi à 17h par exemple ?
Ça, c’est typiquement le travail d’Anne-Laure ! C’est elle qui s’occupe du service en salle.  Le choix s’est fait par rapport aux pics de connexion, mais aussi au vu des habitudes de l’équipe… Après avoir travaillé toute la semaine sur une vidéo, c’est aussi pour nous le moment de la relâche quand sort un épisode ! Le deuxième travail – tout aussi passionnant – commence alors, via le jeu des commentaires. C’est une partie qui manque parfois dans la presse traditionnelle : ce lien de proximité qui permet d’expliquer ses choix et d’apprendre l’un de l’autre… C’est le principe du feu de camp ancestral ! Une histoire vraie restera toujours plus importante que son narrateur et n’a pour but que d’être échangée/partagée… Sinon, à quoi bon ?


Tu travailles dans les festivals, pour des magazines musicaux, tu écris des livres, tu as une émission sur Youtube et tu as même fait un TEDx il y a peu de temps. Quel challenge peut encore te séduire ?
Oh, mais ils sont nombreux ! J’adorerai recommencer à animer une émission de radio, publier un livre sur ces histoires ou un jeu de société, réaliser des documentaires à l’étranger sur le rock, reprendre la musique… Ce ne sont pas les envies et les idées (concrètes) qui manquent. Reste à trouver les bons partenaires.

Crédit photo : Olivier Ehouarne

Crédit photo : Olivier Ehouarne

Quels artistes que tu n’as pas encore traité dans Une chanson L’Addition, veux-tu traiter ?
C’est tout l’intérêt du genre : le puits est sans fond ! Et puis, en soit, il n’y a jamais de « mauvais sujet », seulement une façon de les raconter, de mettre des informations brutes et pourtant disponibles à tous en perspective… Si un bon prof peut vous faire aimer n’importe quelle matière, un bon journaliste fera acheter à votre mère les bootlegs de Bob Dylan alors qu’elle ne connaissait pas l’artiste avant la lecture de votre article ou vidéo... C’est du moins l’objectif que j’essaie de me fixer.


Au contraire, est-ce qu’il y a des artistes dont tu ne veux pas parler ?
Oh que oui ! Mais je ne veux pas… en parler. Hé hé.


Comment tu choisis les invités de tes vidéos ? Tu as des demandes pour figurer dans les vidéos ?
Il y a les amis, les envies… Mais le plus important reste l’opportunité, car faire coïncider plusieurs agendas (surtout avec les tournées de certains artistes…) s’avère le VRAI défi technique. En tout cas, on ne se force pas et chacun doit y prendre du plaisir… Les mariages forcés, ça n’est bon pour personne.


Il y a des anecdotes que tu n'as pas osé dire dans tes vidéos ?
Évidemment... La plus (auto-)censurée étant sans doute celle sur Stupeflip. Mais ce n’est pas frustrant ! Au contraire, le respect du off, c’est important, sinon, les artistes ne m’accorderaient plus leur confiance… Il faut savoir faire la distinction entre ce qui peut apporter une clé de compréhension au public et ce qui va desservir gratuitement cet artiste. Ce qui n’empêche pas de lire entre les lignes…

[INTERVIEW] Samuel Degasne - UNE CHANSON, L'ADDITION

Tu es journaliste musical en 2019, c’est tout de même un sacré sacerdoce, non ?
Je suis journaliste avant tout chose, la musique ne restant qu’un prétexte à extrapolation... Or, ce n’est pas seulement la presse spécialisée qui se cherche : c’est tout un métier ! Une des raisons, selon moi, de cette désaffection est la perte de goût pour les récits... C’est quand la dernière fois que vous avez trésaillé en lisant un article ? Ressenti la sueur d’un concert via celui-ci ? Il y aura toujours de la place pour une information courte et neutre. Mais purgée de son émotion, elle échoue à jouer son rôle de miroir du réel et à provoquer une adhésion ! Pire : afin d’inverser l’érosion du public, on vous parle le plus souvent de ce que vous connaissez déjà ! Il faut faire cohabiter différentes écritures, revenir à l’inédit, aux tripes… 
C’est pour ça que je tiens à passer le week-end dans la ferme de The Inspector Cluzo pour raconter leur quotidien de rockeurs fermiers ou précise les contours de ma découverte de The Dizzy Brains sur un parking de Madagascar, avant leur révélation aux Trans Musicales six mois plus tard... Une histoire doit s’incarner dans son contexte. S’il m’est permis de le faire aujourd’hui via des articles, c’est l’étape que nous pourrions franchir en vidéo.


La dernière claque que tu as prise en concert ?
Sans doute Elisapie, une artiste pop inuit. Enfermés dans le Centre culturel canadien à Paris, nous avons passé une après-midi à parler de la situation de son peuple : le renoncement psychologique, l’absence d’eau potable et de cours éducatifs dans la réserve, la christianisation, l’indifférence internationale… Puis de sa colère de jeune adulte transformée en processus créatif, de son abandon par sa mère biologique, de la double culture de ses enfants et la nécessité de la transmission, de son refus d’être porte-parole… Le concert qui a suivi, dans un bâtiment rutilant et symbole de l’action fédérale, avait nécessairement une autre saveur… Et était justement émouvant pour ce qu’il ne disait pas. 

Un artiste à faire découvrir aux lecteurs de Rockfanch ?
Plutôt un conseil. Il m’arrive souvent de croiser des personnes pensant que le rock est mort… Attention : ce n’est pas parce que le genre n’est plus dominant dans les médias qu’il a disparu. Au contraire, c’est tant mieux qu’il retourne à sa place initiale... Rébellion et grand public n’ont jamais fait bon ménage ! Mais surtout, chinez dans d’autres pays : beaucoup de formations n’atteignent pas nos frontières médiatiques ! Jetez donc une oreille à la folie rock d’un McLusky (Pays de Galles), la double batterie d’un PAUS (Portugal), l’anti-maloya de Pamplemousse (La Réunion), l’éclectisme de VALAIRE (Canada), le hip-hop collectif de The Mouse Outfit (Angleterre) ou la sympathie de BRNS (Belgique). Il y a tant à s’inspirer…


Le top trois des albums qui t’ont le plus marqué ?
C’est toujours une question difficile... Tout d’abord parce qu’en consommant 15h de musique par jour depuis plus de 25 ans, les possibilités de réponses s’entrechoquent (d’autant plus lorsque tu connais ensuite l’artiste). Ce serait comme demander à un cuisinier quel est son plat préféré, sans autre critère… Bug assuré. Ensuite, nous lions souvent la musique avec son contexte d’écoute, son humeur ou une période spécifique de notre vie. Il n’y a rien de plus intime et plus irrationnel ! D’où les multiples interprétations, selon les auditeurs. Mais les albums que j’ai le plus écouté, et pour des raisons différentes, sont sans doute Around The Fur (Deftones), Trompe le Monde (Pixies) et Rage Against The Machine


Un scoop pour Rockfanch ?
Lors de notre pause estivale, nous voulons tester pendant un mois un nouveau format (qui n’a pas pour but d’être pérenne) : des histoires seulement audios, dont le fil rouge serait… les 50 ans de Woodstock. On a hâte de savoir ce que les gens vont en penser. Tenter de réaliser des ponts entre les genres et les générations, comprendre les répercussions ou les bégaiements de l’histoire, font partie des buts de la chaine. 

UNE CHANSON, L'ADDITION 
=> Tous les vendredis à 15h sur
Youtube.com/unechansonladdition

UCLA PARTY #2
=> 14 juin 2019 à Paris, inscription sur ce lien

ET AUSSI SUR...
* Facebook : /unechansonladdition
* Twitter : /Chansonaddition
* Tippee : /UneChansonLAddition

Commenter cet article