Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Rockfanch

[INTERVIEW] UNDERGROUND THERAPY

Publié le 23 Avril 2021 par rockfanch

[INTERVIEW] UNDERGROUND THERAPY

Neurosis est votre premier EP. Quel a été l'élement déclencheur au sein d'Underground Therapy pour vous dire "Ca y est on y va, il faut qu'on grave notre musique sur un EP" ?
* Sarah (chant) : Ca faisait un petit moment déjà qu'on voulait enregistrer un EP proprement mais les concerts nous accaparaient pas mal. Au final, le premier confinement et la fermeture des salles de spectacles ont été un boost pour nous. C'était hors de question qu'on passe les mois à venir sans rien faire. On s'est servi de cette période particulière pour préproder des morceaux, bosser sur des arrangements, etc. C'était un moyen de faire exister notre musique autrement que par la scène. On avait envie de faire un ep carré, puissant, avec un concept.

Finalement le confinement a peut-être été un mal pour un bien concernant Neurosis. En ayant des dates vous n'auriez peut être pas eu le temps nécessaire pour vous pencher sur ce premier EP ?
* Sarah : On n'aurait sûrement mis beaucoup plus de temps à le sortir. Là on a pu s'y consacrer à 100% !

Tu parles de concept pour cet album, quel est-il ?
* Sarah : On a un nom de groupe qui évoque bien évidemment l'aspect psychologique et on a des chansons qui tournent autour de cette thématique.. Du coup on a décidé de se lancer à fond dans ce concept là pour marquer l'identité du groupe. On a un titre d'EP et un visuel qui l'évoquent clairement : on parle de la névrose et de la souffrance psy' sous différentes formes.
* Anthony (guitare) : Il se trouve qu'avec les multiples confinements les névroses sont d'actualité mais ça on l'avait pas vu venir.

Le choix des cinq titres de l'EP a été fait en conséquence je suppose ?
* Sarah : Oui totalement. Il y a même un choix spécifique en ce qui concerne l'ordre des morceaux. Neurosis raconte une histoire, il y a une évolution. On commence avec la dépression et la perte de plaisir. On passe par l'enfermement et les prises de conscience personnelles et moins personnelles (politique, sociétales...). Et on termine par l'explosion que ça peut induire au niveau psy.

Un album concept comme celui-là c'est quelque chose qui vous a toujours tenu à cœur ou ça c'est parce que vous avez pu trouver des liens entre vos morceaux ?
* Anthony : C'est complètement un truc qui nous tenait à cœur. Pour nous un album ça reste un ensemble de morceaux qui sont forcement liés de près ou de loin et dans un ordre précis. Et on y a réfléchit aussi en terme de mix et de visuel. 

Réfléchir à un album en terme de mix, ça veut dire quoi ? Ca veut enchainer les morceaux avec des effets bien précis par exemple ?
* Anthony : Oui mais aussi dans le choix des sons et des couleurs qu'on essaye de donner aux morceaux. Le but étant d'aller dans le sens du propos de chaque titre.

C'est à dire, par exemple, d'installer un climat d'angoisse à travers les morceaux... Vu qu'on parle quand même d'un concept album autour de la psychologie ?
* Sarah : Selon le thème de la chanson, ça peut vouloir dire faire ressortir l'émotion qui s'en dégage. Par exemple, sur Insomnia, on a fait le choix de doubler la voix du premier couplet avec une voix gutturale anxiogène pour amener de la noirceur à l'atmosphère de la chanson.


Est-ce qu'il y a pu avoir débat autour du nom Neurosis pour cet album ? Où est ce que ça a été direct l'unanimité ?
* Sarah : J'avais proposé quatre titres potentiels avec un ordre de préférence et au final on est tous tombés d'accord sur Neurosis. ça nous parlait en terme de sonorité et de sens. Même visuellement, ça a inspiré Gzav direct (notre bassiste et infographiste et web designer). Il trouvait le nom esthétique.

L'accouchement s'est passé sans douleur concernant Neurosis on peut dire ?
* Anthony : Oui et non. C'est à dire que le home made a fait qu'en terme de sons certaines choses ne sont pas sorties tout à fait comme on l'espérait mais au final on est quand même très content du bébé.
* Tom : ça aurait pu être plus sympa de le célébrer sur scène avec nos potes.

[INTERVIEW] UNDERGROUND THERAPY

On retrouve aussi Donnie Darko, un titre que vous aviez sorti précédemment. C’était logique pour vous de remettre ce titre ?
* Tom : En plus des quatre nouveaux morceaux, nous avons décidé de mettre Donnie Darko dans cet EP qui est l'une de nos plus vieilles compos. On voulait vraiment l'enregistrer proprement avec notre touche, même au niveau du mixage.
* Sarah : Mettre Donnie Darko dans cet EP était aussi une manière de boucler une boucle. C'est un titre qu'on aime beaucoup et qui marque toute une période du groupe.

Il y aussi Insomnia qui a déjà été sorti par vos soins en 2019 et qui est ressorti sur cet EP. C'est aussi un titre emblématique ?
* Sarah : C'est un titre qui selon nous devait obligatoirement figurer sur cet ep de part la thématique qu'il aborde mais aussi parce que c'est le premier morceau qu'on a bossé avec le nouveau line up. Il a marqué le renouveau du groupe et on avait même fait un clip homemade en 2019. Au final, la démo deux titres de 2019 devait revivre sur Neurosis.

Ils étaient prêts à vivre une nouvelle vie dans Neurosis ? Ont-ils été modifiés ? Je vois que Donnie Darko est plus long en 2021 qu'en 2019 ?
* Sarah : Oui ! Il y a de nouveaux arrangements, des changements dans certaines lignes de chant et de grattes. On a eu le temps d'en faire des versions 2.0 qui nous correspondaient beaucoup plus.

[INTERVIEW] UNDERGROUND THERAPY

Comment a été créé le graphisme de Neurosis ? Il y a eu plusieurs idées ?
* Sarah : Gzav, qui est aussi infographiste comme je l'ai dit plus tôt, s'est fait plaisir et nous a réservé la surprise. Il nous a fait une proposition qui nous a parlé à tous de suite. On aimait le fait de prendre une direction différente visuellement. L'artwork est simple, efficace et plein de subtilité. Il faut le regarder à deux fois pour voir les détails qui au final n'en sont pas. Il illustre plutôt bien la névrose et les thématiques des chansons


Concernant l'enregistrement. Tout a été fait maison, même le mastering. Comment ça s'est mis en place ? Vous avez regardé des tutos par exemple ? Lu des ouvrages sur le sujet ?
* Anthony : J'ai une formation d'ingé son du coup j'ai pris en charge cette partie là. Après on a pas été en studio, on dû faire tout là où on le pouvait. Un ami nous a prêté sa maison qu'on a transformée en home studio pour les prises de sons.

Tu as pu avoir des conseils de professionnels durant l'enregistrement demandé l'avis de proches ?
* Anthony : Pas spécialement d'autres professionnels, mais à des proches et surtout au groupe pour être sûr de ne pas partir dans des directions qui n'iraient pas à tout le monde.
* Sarah : On lui a fait totalement confiance, ça nous paraissait logique que ça soit lui qui gère l'aspect enregistrement et mix/mastering, de la même manière qu'on a fait confiance à Gzav pour le visuel. On essaye d'utiliser au maximum les compétences des gens du groupe. On aime le DIY. Et on a de la chance d'avoir des pro' à disposition.
* Anthony : Puis ça coûte moins cher ! Après c'est clair que si un jour on a les moyens de bosser avec quelqu'un dont on aime le travail je serais aussi super chaud.


Tout ça a la chance de combler vos attentes en terme de visuel et d'enregistrement, vu que vous savez exactement ce que vous voulez ?
* Sarah : ça évite les intermédiaires extérieurs c'est sûr, on est au cœur du propos du groupe.
* Tom : Exactement c'est une chance. 

Dernière question, vous avez un scoop pour moi ?
* Sarah : Oui, on a un scoop mais on ne peut pas trop en dire pour l'instant. On va faire une grosse annonce bientôt concernant un concert qui va se faire dans les mois à venir. Un indice : c'est dans une salle qu'on aime beaucoup. Et sinon on bosse sur des nouvelles compo !

Commenter cet article